Votre financement – Ensemble, le TOGO ! Votre financement – Ensemble, le TOGO !

 

 

VOTRE FINANCEMENT

 

En élaborant votre business plan, vous avez évalué vos besoins et établi votre plan de financement. 

Subventions, prêts, garanties, aides fiscales et sociales… En fonction de votre profil, de votre lieu d’implantation, de votre projet, de multiples dispositifs financiers peuvent vous permettre de financer votre projet.

Prenez le temps de vous renseigner et d’affiner votre dossier de demande de financement : les démarches, souvent longues, sont vitales pour votre future entreprise.

 

 

 

 

 

 

COMMENT FINANCER  VOTRE ENTREPRISE  ?

 

 

Le prêt bancaire constitue un des éléments de votre plan de financement, qui peut être également complété par d’autres ressources financières.

 

Les financements bancaires

 

 

Les aides et subventions 

 

 

 

 

Les autres financements 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’APPORT PERSONNEL INDISPENSABLE ?

 

 

Dans votre business plan, vous aurez précisé le montant de votre apport personnel. Il représente les capitaux que vous apportez vous-même, en complément des capitaux que vous empruntez. 

 

 

Un apport pour inspirer confiance 

 

Votre apport personnel est une preuve importante de votre engagement. Il sert à financer certains besoins durables et indispensables à votre entreprise (par exemple les divers frais de création, de constitution, de publicité) et une partie de votre besoin en fonds de roulement.

Votre apport personnel peut être constitué de plusieurs éléments, allant de votre épargne à la participation de vos proches (le « love money »).

 

 

Une opportunité et un effet de levier : les prêts d’honneur

 

 

L’apport personnel est important, c’est un critère essentiel pour obtenir un financement. Si votre business plan est convaincant, Le prêt d’honneur est souvent assimilé par les partenaires bancaires à des quasi-fonds propres et vient s’ajouter à votre apport personnel.

Les critères pris en compte par ces réseaux d’accompagnement sont identiques à ceux retenus par les banques. Ils reposent sur la viabilité économique du projet et la capacité de remboursement du financement par le porteur de projet.

Le prêt d’honneur est systématiquement associé à un prêt bancaire, sur lequel il exerce un effet de levier significatif : Initiative France estime que pour 1 euro de prêt d’honneur, les banques accordent en moyenne 7,50 euros de financement complémentaire.

 

 

 

 

QU’EST-CE QUE LE CROWDFUNDING COMMENT EN BENEFICIER ? 

 

 

Pour compléter vos solutions de financement lors du lancement de votre activité, pensez à la finance participative – des particuliers investissent dans votre projet via une plateforme web dédiée. C’est ce qu’on appelle le crowdfunding.

Il existe aujourd’hui de nombreuses plateformes de crowdfunding mettant en relation des porteurs de projet en quête de financements et des investisseurs désireux de soutenir une initiative qui leur tient à cœur. Concrètement, vous présentez votre projet, ses objectifs, ses atouts, et mentionnez le montant du financement souhaité. Les internautes ont alors un certain nombre de jours pour effectuer leur apport, en échange duquel ils recevront une contrepartie.

 

 

Don, investissement en capital ou prêt 

 

 

L’apport des investisseurs peut prendre 2 formes :

 

Les garanties aux investisseurs

 

En pleine croissance, le crowdfunding est une activité de plus en plus règlementée et encadrée. L’un des objectifs est de pouvoir proposer des garanties à ceux qui investissent dans votre projet.

S’ils ne bénéficient pas d’une garantie à proprement parler, les donateurs, surtout s’ils sont nombreux, exercent toutefois une forte pression sur le porteur de projet pour qu’il tienne ses engagements.

Quant aux investisseurs en capital et prêteurs, ils bénéficient d’une garantie liée au processus de sélection rigoureux des projets et des start-ups. Les plateformes sont également tenues d’informer les contributeurs des risques liés à leur placement. Elles doivent aussi rendre compte de leurs pratiques de travail auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

 

 

Les atouts du crowdfunding pour votre projet d’entreprise

 

Le crowdfunding permet d’augmenter le montant de votre apport personnel. Il agit donc comme un levier pour convaincre plus facilement votre banquier de vous octroyer un crédit.

De plus, grâce à cette pratique, vous ralliez autour de vous des financements mais surtout le soutien de personnes qui croient en votre projet. Ces personnes pourront alors participer à la communication virale de votre entreprise.

 

 

 

 

POURQUOI ET COMMENT FAIRE UNE LEVÉE DE FOND ?

 

 

Vous avez besoin de fonds pour lancer une nouvelle activité avec des investissements importants ou développer votre entreprise ? Vous pouvez envisager un financement extérieur non bancaire auprès d’investisseurs dans le cadre d’une levée de fonds.

 

 

À qui s’adresse la levée de fonds

 

 

La levée de fonds concerne les projets à fort potentiel de développement à 3-5  ans.

Il s’agit de projets nécessitants :

 

– de la recherche et développement pour développer un produit ;

– du temps pour se développer commercialement ;

– des investissements conséquents et des revenus décalés dans le temps.

 

 

 

Le principe de la levée de fonds 

 

 

En fonction de la phase de croissance de votre entreprise et de ses besoins, le financement via une levée de fonds prendra des formes différentes :

 

– le capital amorçage pour financer le démarrage de votre activité et ses premiers besoins ;

– le capital développement pour financer le développement de l’entreprise et l’accélération de sa croissance.

 

 

Quel que soit l’objet de la levée de fonds, le principe est que des investisseurs réalisent une prise de participation au capital de votre société. Ainsi, pour collecter des fonds, vous émettez des titres de votre société et les vendez à des investisseurs. Ces titres seront affectés au capital de votre société et serviront à financer son besoin de développement.

 

Ces investisseurs sont des business angels, des capital-risqueurs, ou des fonds d’amorçage, qui investissent dans des entreprises innovantes en création ou dans des start-up à fort potentiel de croissance. L’objectif, pour eux, est la réalisation de plus-values à court terme (cinq ans par exemple).

 

Les business Angels interviennent généralement sur des montants compris entre 50 000 et 500 000 euros, et les capital-risqueurs sur des montants plus élevés.

 

À la suite de la levée de fonds, les investisseurs deviennent actionnaires de votre société. À ce titre, ils participent aux assemblées générales et disposent des droits prévus par les statuts de votre entreprise. Ou par le pacte d’actionnaires, notamment en matière de distribution des bénéfices de l’entreprise. Ce partage est souvent à hauteur du pourcentage du capital détenu.

 

 

Les avantages de la levée de fonds 

 

 

Avec une levée de fonds, il n’y a pas de notion de remboursement du capital emprunté ni d’intérêts liés. Les investisseurs se rémunèrent sur les plus-values réalisées lors de la revente de leurs participations. La levée de fonds ne nécessite pas d’apport de garanties personnelles de votre part.

 

La société n’a pas de dettes envers ses investisseurs, et la levée de fonds renforce les fonds propres de l’entreprise. En termes de bilan financier, et de perception comptable de l’entreprise, l’impact d’une levée de fonds est très positif.

 

La contribution des business Angels se fonde avant tout sur des critères de projet, de personnalité du créateur, d’équipe, de valeur d’entreprise, plutôt que sur des ratios et projections. La confiance est un des éléments forts de la relation entre le business angel et vous.

 

En plus de contribuer au financement de votre entreprise, l’investisseur peut vous apporter d’autres éléments essentiels au développement de votre activité : un réseau, un carnet d’adresses, un accompagnement, des compétences, un savoir-faire, du conseil en gestion et en organisation. Toutefois, son rôle n’est pas d’intervenir dans le fonctionnement quotidien de votre entreprise.

 

 

La recherche d’investisseurs

 

 

Convaincre des investisseurs de participer au financement de votre projet ne s’improvise pas. Une préparation est nécessaire pour présenter son projet et séduire. Cette présentation se formalise par :

 

– l’executive summary, c’est-à-dire un résumé du dossier en une page ;

– le business plan, qui est une présentation détaillée du projet avec tableaux d’états financiers.

 

Plusieurs formats peuvent être combinés (PowerPoint, vidéo, elevator pitch).

Vous devez donner envie que l’on vous suive dans votre idée ! Évitez les pièges classiques pour renforcer l’attrait de votre projet. Comme majorez nettement les volumes de ventes et le chiffre d’affaires.

Votre personnalité est un élément important de la relation, restez-vous même. humble, et témoignez de la maîtrise de votre projet et de votre vision. Montrez l’intérêt de votre projet en termes d’idée, de marché, de positionnement concurrentiel. Sachez le mettre en avant, en répondant à cette question essentielle : comment allez-vous gagner de l’argent ?

 

 

 

 

 QUELS SONT LES FINANCEMENTS BANCAIRES POSSIBLES ?

 

 

Lors de votre installation, votre activité va générer des besoins de financement que vous devez impérativement anticiper.

 

 

Vos besoins de financement

 

 

Ils peuvent être liés à :

– des décalages entre vos encaissements clients et vos règlements (achat de stocks en vue de production/transformation, règlement différé de certains clients, retards de règlement clients, voire impayés, etc.) nécessitant la mise en place d’une ou plusieurs solutions de financement court terme ;

 

– des investissements d’équipement pour l’achat et le renouvellement de matériels, l’acquisition de locaux professionnels entraînant la mise en place d’une solution de financement moyen terme ou de crédit-bail ;

 

– des projets de développement de votre activité par l’acquisition d’une nouvelle entité, d’un nouveau point de vente…

 

 

Les solutions court terme

 

 

Vos besoins de financement court terme liés à votre cycle d’exploitation peuvent être ponctuels ou récurrents. Selon la nature des besoins, votre conseiller bancaire vous présentera plusieurs solutions adaptées.

 

– L’autorisation de découvert et la facilité de trésorerie : ce sont des avances en compte courant qui répondent à un besoin de trésorerie pour une période donnée de très courte durée (quinze jours à un mois). Leur montant, leur durée et leur taux sont déterminés préalablement entre vous et votre conseiller bancaire.

 

– L’escompte de traite : c’est une avance qui vous permet de disposer du montant d’une créance sans en attendre le règlement. Vous remettez la traite à votre établissement bancaire contre financement. Si la créance reste impayée à son échéance, ce sera à vous d’engager la procédure de recouvrement.

 

– Le crédit court terme de trésorerie : il vous permet de financer vos besoins ponctuels de trésorerie dans l’attente d’une rentrée d’argent importante, notamment si votre activité est saisonnière ou pour soutenir votre activité en période creuse.

 

Pour faire face aux besoins importants de trésorerie, votre banque peut vous proposer de mobiliser votre poste clients. Vous lui céderez tout ou une partie de vos factures clients professionnels.

 

Plusieurs solutions sont envisageables :

 

– la cession Dailly : vous bénéficiez d’un crédit court terme en contrepartie de la production de factures représentatives de vos créances clients ;

 

 l’affacturage : vous disposez du montant d’une créance avant l’échéance de paiement, mais contrairement à l’escompte, il garantit la créance et inclut un service de recouvrement.

 

 

Qu’il s’agisse de financer vos besoins ponctuels ou récurrents, les montants, les durées et les conditions financières de l’ensemble de ces crédits sont déterminés préalablement entre vous et votre banque.

 

Les solutions moyen terme et crédit-bail 

 

 La création et le développement de votre entreprise vont nécessiter la réalisation d’investissements (achat de fonds, bien d’équipement, etc.).

Si certains d’entre eux peuvent être autofinancés, il peut être pertinent d’en financer tout ou partie par recours à un financement bancaire.

 

Différentes solutions peuvent vous être proposées par votre établissement bancaire :

 

– le financement moyen-long terme amortissable à taux fixe ou révisable avec, généralement, une échéance constante pendant la durée du prêt ;

 

– le crédit-bail pour du matériel neuf, négocié avec le fournisseur. La banque acquiert le matériel qu’elle vous loue sur une durée déterminée à l’avance dans le cadre d’un contrat. Chaque mois, vous payez un loyer comptabilisé en charge d’exploitation. À l’issue de la période de location, vous pouvez racheter le matériel pour une valeur résiduelle convenue lors de l’établissement du contrat ;

 

– la location avec option d’achat (LOA) et la location longue durée (LLD) peuvent être également concédées pour l’acquisition de matériel.

 

Quelle que soit la solution choisie, vous préserverez la trésorerie nécessaire au bon fonctionnement de votre entreprise, notamment dans les premiers mois d’exercice. Autre intérêt, vous bénéficierez d’avantages fiscaux liés à la déductibilité des intérêts d’emprunt ou des loyers (dans le cas d’un crédit-bail, d’une LOA ou encore d’une LDD).

 

 

 

 

 

QUAND ET POURQUOI RENCONTRER UN CONSEILLER BANCAIRE ?

 

 

Une fois votre business plan réalisé, rencontrez votre partenaire bancaire pour  valider de la faisabilité de votre projet. Sollicitez éventuellement un financement et mettez en place les services nécessaires au démarrage de votre activité.

 

 

Un conseiller pour vous accompagner 

 

N’attendez pas le dernier moment pour prendre rendez-vous ! Certaines démarches liées à la création de votre entreprise peuvent prendre du temps. Demandez à rencontrer un conseiller bancaire dès la rédaction de votre business plan.

 

 

Vous êtes prêt à rencontrer un conseiller bancaire ?

 

 

Pour un dialogue productif avec votre conseiller bancaire, pensez à apporter les documents nécessaires à la compréhension et l’analyse de votre projet.

 

 

– Business plan, dont le prévisionnel sur 3 ans (compte de résultat, plan de financement, tableau de trésorerie)

– Statuts ou projet de statuts

– Kbis provisoire ou définitif *

– Curriculum Vitae du/des porteurs du projet

– Justificatif de l’apport personnel

– Devis ou factures pro forma éventuels

– Bail commercial (ou projet de bail)

 

 

 

Je m'abonne à la newsletter