Organisation des territoires et décentralisation

A l’heure où je rédige notre vision innovante d’un Togo renouvelé, nous assistons à une communisation de notre pays : 7 millions d’habitants répartis en 116 communes. Nous restons dubitatifs quant au bien-fondé, à la pertinence et à l’efficacité d’une telle option. Pour une décentralisation harmonieuse répondant à la diversité de nos territoires, nous allons réformer en vue d’une autonomisation efficiente. Ceci afin de libérer d‘autres énergies et de permettre la maîtrise des dépenses à la base. En misant sur une véritable culture démocratique et face à la mondialisation, nous allons proposer des départements et régions autonomes avec, in situ, des communes totalement décentralisées. Ce qui rendra l’Etat plus souple dans la gestion de ses prérogatives. Le Togo de demain sera administré avec le souci de rendre la vie de ses citoyens conforme aux exigences démocratiques et du vivre ensemble. Nos territoires bénéficieront ainsi des atouts d’un développement optimal en passant par la diversité culturelle, le tourisme et la valorisation de nos patrimoines, ce pour une économie endogène. Nous devons désormais fournir un cadre général à la décentralisation et aux principes d’organisation et de fonctionnement des collectivités territoriales au Togo, afin de fournir des services adéquats à nos concitoyens et susciter un développement local dans une démocratie participative. C’est dans cette triple perspective que nous allons œuvrer pour une décentralisation nécessaire et assumée afin de pouvoir impérativement transférer aux collectivités territoriales des compétences précédemment exercées par le pouvoir central.

Reprenant un prescrit constitutionnel également mentionné dans l’APG, la décentralisation doit être en adéquation avec les services de l’État dans le but de renforcer les capacités d’action des collectivités territoriales. La décentralisation doit être le moteur de l’autonomie des collectivités territoriales et locales, afin de définir en tant que tels le droit et la capacité effective de celles‐ci à régler les affaires publiques. Tout en respectant le strict domaine des compétences exclusives de l’État, la décentralisation doit préserver au profit des populations les ressources dont elles disposent.

Diagnostic

PROCHAINEMENT

Propositions

PROCHAINEMENT




Je m'abonne à la newsletter