L’international

Je suis frappé par une situation que je n’aimerais plus voir advenir pour notre pays, le Togo, alors qu’il vient en ce mois de juin 2017 de prendre la présidence de CEDEAO. Il s’est par ailleurs produit un fait invraisemblable au sommet du G20 qui s’est tenu dans la capitale allemande d’Angela Merkel en juin dernier. Cette manifestation a vu la participation d’un certain nombre de chefs d’Etat africains, particulièrement de la sous-région, sans que l’on ait vu poindre la tête de celui-là même qui partageait le pouvoir avec feu son père depuis 50 ans.

La grandeur d’un pays se mesure à sa capacité d’instaurer un climat social apaisé, une égalité de justice sociale, une redistribution équitable de ses ressources à l’endroit de ses contribuables. Le Togo de demain doit avoir sa place dans le concert des nations en misant sur une démocratie participative, une cohésion nationale, une souveraineté car, enfin indépendant et muni d’une diplomatie claire et résolue, notre pays pourra jouir d’une image rayonnante, dans les perspectives que nous définirons pour son développement harmonieux. Le Togo de demain n’offre aucune place à la décadence, à la médiocrité, à l’incompétence, à la gabegie financière ni à la l’impunité.

Nous voulons un Togo juste et moderne, dont le rayonnement sera connu de tous et apprécié dans le monde entier au travers de son humanisme, sa paix sociale, la bienveillance de tous les fils et filles de la nation. Il nous faut un Togo un et indivisible, doté d’une vision claire et comprise par tous les concitoyens.

Diagnostic

PROCHAINEMENT

Propositions

PROCHAINEMENT




Je m'abonne à la newsletter